L’Opus Dei dans le monde : le Canada

Après la présentation de l'Opus Dei aux USA, nous vous proposons de découvrir le travail apostolique au Canada.

Sur l'Opus Dei

Un survol de l'histoire de l'Opus Dei au Canada

Les activités stables de l’Opus Dei ont commencé en 1957 ; le premier centre ouvrit ses portes au pied de l’Université de Montréal. L’apostolat auprès des femmes commença en 1959, avec une résidence universitaire près de l’Université.

En 1964, saint Josémaria leur écrivait : « Mes filles du Canada, je me souviens toujours de vous et je prie pour vous toutes, pour que le travail que vous avez entrepris grandisse de manière assurée et confiante. Je sais que si vous continuez fidèlement de cette manière surnaturelle et ardente, le Seigneur vous utilisera pour faire beaucoup de bien dans de très nombreuses âmes et pour les amener à la lumière et à la chaleur de la grâce de Jésus-Christ. »

À partir de Montréal, l’Opus Dei s’est étendu à travers le Canada. Il y a actuellement 16 centres répartis dans cinq villes : Montréal (1957), Québec (1964), Toronto (1981), Ottawa (1989) et Vancouver (1997). De fréquents voyages apostoliques se font vers des villes de l'Ontario, l'Alberta et le Québec.

Le Canada compte 600 fidèles de la Prélature et 1 600 coopérateurs qui prient pour l’Opus Dei et collaborent généreusement aux initiatives apostoliques. Les activités sont ouvertes aux hommes et aux femmes de tous âges et de tous horizons; des milliers de Canadiens, jeunes et moins jeunes, en bénéficient.

Toronto

Quelques initiatives prises par des membres de l’Opus Dei

 

Les fidèles, les coopérateurs et les amis de l’Opus Dei soutiennent diverses initiatives éducatives tel « Big Picture » pour les étudiants, des camps d’été pour les familles près de Montréal, le camp pour filles Chilawee Trails et les camps pour pères et fils à London et Rimouski.

Les résidences (Québec, Montréal, Ottawa) offrent aux étudiants un environnement d’étude destiné à les aider à se préparer à la vie professionnelle et à élargir leur formation culturelle. À titre d’exemple, le collège Ernescliff, sur le campus de l’Université de Toronto, propose un cours sur l’éthique, un séminaire de développement professionnel ou encore un cours d’été d’enseignement de l’anglais.

Initiatives sociales

Fondé en 1994, le programme ASE (Academic and Sports Enrichment), a aidé des centaines de jeunes de milieu urbain défavorisé à améliorer leurs études et leur méthode de travail, et leur a permis d'entrer dans le secondaire ou à l’université. Un programme similaire (ASEOP) a débuté aussi à Ottawa.

En banlieue de Montréal, les Ateliers-Soleil embellissent le samedi après-midi d’un groupe de jeunes et adultes affectés d’un handicap intellectuel ou physique permettant aux parents de prendre un répit dans leur tâche.

Deux centres de conférences - Manoir de Beaujeu (Montréal) et Cedarcrest (Toronto) proposent retraites, séminaires, ateliers de travail, cours de sciences humaines, rencontres sur la famille, etc. 

Près du manoir de Beaujeu, le Centre de gestion hôtelière Soulanges, école tournée vers l'industrie du tourisme, a été inauguré en octobre 2004.

Enfin, Hawthorn, école pour jeunes filles, est née en 1988. En plus du programme scolaire , l’école jouit d’un programme unique de formation et d’éducation du caractère.

Au service des Églises locales

En 1989, le cardinal Jean-Claude Turcotte a confié la paroisse St-Ambroise à Montréal à des prêtres de la Prélature. Il en a été de même, en 1997, avec l’aumônerie de l’Université Simon Fraser, à Vancouver.

Le siège canadien de l'Opus Dei est situé à Montréal et son vicaire est Monseigneur Frederick Dolan.