Mgr Ocariz rencontre des familles (4 août)

Du 1er au 5 août, le prélat de l’Opus Dei, Mgr Ocariz, a réalisé une visite pastorale en France. Il a eu l’occasion de rencontrer des fidèles et amis de la prélature, qu’il a invité à vivre « joyeux dans l’espérance ».

Du Prélat
Opus Dei - Mgr Ocariz rencontre des familles (4 août)

Lors de sa cinquième journée à Paris, le prélat a reçu plusieurs familles. Les rencontres avec Mgr. Ocariz ressemblaient à des réunions de famille.

« Entre autres choses, nous lui avons parlé du Viêt-Nam, où nous avons vécu, et de l’apostolat que nous faisons dans notre travail » raconte Claire, qui se trouvait avec ses parents et ses frères et sœurs.

Paul est venu avec sa femme Bénédicte et leurs trois enfants : Joséphine (16 ans), Charles (12 ans) et Philippe (10 ans). L’intérêt du prélat pour chacun était frappant, ainsi que l’attention avec laquelle il les écoutait : « nous lui avons expliqué qu’il y a neuf ans nous avons décidé de retourner en France pour pouvoir inscrire nos enfants dans des collèges qui offrent une bonne formation chrétienne. Le prélat m’a dit que saint Josémaria souhaitait que les parents soient au cœur des ces projets éducatifs ».

Laetitia est arrivée en compagnie de ses parents et de ses frères et sœurs pour saluer Mgr Ocariz. Elle lui a raconté qu’elle s’apprêtait à commencer des études d’infirmière après avoir réussi l’examen d’entrée. Le prélat l’a encouragée à prendre toute la mesure du rôle qu’elle aura lorsqu’elle exercera ce métier : « Les infirmières ont un rôle essentiel à la bonne ambiance d’un hôpital ». Sa mère indique : « le prélat a ouvert un horizon enthousiasmant. Elle est sortie de cette rencontre pleine de fierté pour sa vocation professionnelle ».

« Auprès du prélat, on se sent aimé »

Au delà des anecdotes, beaucoup de personnes ont pu lui confier tout au long de ces jours des intentions personnelles. « Nous lui avons confié une intention particulière pour laquelle il nous a promis qu’il prierait au cours de sa messe », raconte Paul.

«Saluer le prélat ravive le désir de vivre en demeurant fidèle au Christ», explique Achille

« Saluer le prélat ravive le désir de vivre en demeurant fidèle au Christ », explique Achille, qui s’y est rendu avec sa femme, Victoire, et leurs enfants. « Il nous a aidés à réaliser la beauté de l’esprit de l’Opus Dei, jeune et actuel ».

Marie, de son côté, raconte que « pendant ces moments, il ne s’est rien passé de spécial ; cependant nous sommes sortis pleins d’espérance. Je pense que ce que le prélat transmet c’est la paix et la joie. C’est pourquoi, après avoir parlé avec lui on a le désir d’être meilleur, d’aimer davantage le Christ. Auprès de prélat, on se sent aimé »